13.09.2017, 14:00  

Le jazz suisse accessible à tous à Prangins

Abonnés
chargement
Kate Espasandin et Michaël Roelli, organisateurs de Jazz au Peuple, veulent dépoussiérer ce genre musical.

 13.09.2017, 14:00   Le jazz suisse accessible à tous à Prangins

Musique - Ce week-end, le festival Jazz au Peuple investit le village pour la troisième fois afin de mettre en lumière la fine fleur de la scène helvétique.

Proposer un nouveau tremplin pour les musiciens de jazz en Romandie et dépoussiérer les idées reçues sur le genre musical, trop souvent qualifié d’inaccessible. Voici les deux fers de lance autour desquels s’est bâti, il y a deux ans, Jazz au Peuple, festival qui propose le meilleur de la jeune scène helvétique. Ce week-end, les notes bleues résonneront au temple et au Vieux Pressoir du village de Prangins pour la troisième année...

Proposer un nouveau tremplin pour les musiciens de jazz en Romandie et dépoussiérer les idées reçues sur le genre musical, trop souvent qualifié d’inaccessible. Voici les deux fers de lance autour desquels s’est bâti, il y a deux ans, Jazz au Peuple, festival qui propose le meilleur de la jeune scène helvétique. Ce week-end, les notes bleues résonneront au temple et au Vieux Pressoir du village de Prangins pour la troisième année consécutive.

Privilégier la qualité du son

De la fraîcheur de Florian Favre, pianiste fribourgeois qui décomplexe le jazz en trio, à la virtuosité du Genevois Léo Tardin, figure de proue d’une nouvelle génération de talents suisses et leader de Grand Pianoramax, en passant par les mélodies envoûtantes de la jeune compositrice Marie Krüttli, Jazz au Peuple met notamment en lumière la crème de la scène romande.

«On privilégie la qualité du son, estime Kate Espasandin, programmatrice et fondatrice du festival. Le but est de proposer une plateforme supplémentaire pour les musiciens de la région et de leur permettre de se faire entendre dans les meilleures conditions.» Au Vieux Pressoir, d’une capacité d’environ 50 personnes, comme au temple (150 places), les organisateurs s’assurent de créer «un petit nid douillet pour le public», selon Michaël Roelli, responsable staff et trésorier de la manifestation.

Encourager la création locale

Promouvoir les jeunes talents, mais aussi présenter des artistes déjà établis, comme la chanteuse helvético-albanaise Elina Duni qui jouera samedi soir son dernier projet, «Partir». Jazz au Peuple encourage également la création locale en offrant carte blanche à un musicien. C’est le cas, cette année, du trompettiste fribourgeois Matthieu Michel qui sera accompagné par le pianiste Jean-Christophe Cholet. «L’artiste fait ce qu’il veut, et il y a souvent des surprises. C’est là tout l’intérêt», se réjouit la musicologue de formation, également membre du comité de programmation du Cully Jazz Festival.

Si cette passionnée de jazz de 28 ans admire tout particulièrement le talent helvétique, Michaël, lui, se veut encore plus radical: «C’est l’un des meilleurs jazz du monde! Il y a un vivier très vaste, on trouve toujours des musiciens talentueux et ambitieux.»

Projet d’envergure

L’ambition, les jeunes organisateurs n’en ont pas manqué pour créer un tel événement. Sous l’impulsion de deux amis d’enfance pranginois fans de jazz, Kate Espasandin et Max Carrel, l’association Jazz au Peuple a vu le jour en 2014 et lancé le festival une année plus tard. Un projet d’envergure qui a très vite séduit des partenaires financiers et qui a pu se mettre rapidement sur pied grâce à la détermination de ses fondateurs. «Quand on est passionné, on ne réfléchit pas au travail que cela implique. Tout s’est fait naturellement, c’était très stimulant», raconte Kate.


"Quand on est passionné, on ne réfléchit pas au travail que cela implique"


Aujourd’hui, le comité de Jazz au Peuple se compose de quatre bénévoles. Aux côtés de Kate et de Michaël, Fabien Iannone, lui-même bassiste professionnel, est responsable de la partie technique alors que Mattia Egloff s’occupe de la gestion des bars à l’intérieur des salles. Mais les deux soirs de l’événement, une équipe de 25 personnes s’active également derrière les scènes: «Ce sont des gens adorables, alors ils valent le double», confie le responsable staff de 24 ans.

Jazz pour tous

En proposant des concerts gratuits, le festival veut avant tout rendre le jazz accessible à tous et casser les stéréotypes élitistes qui l’entourent. «Le jazz est difficile d’accès car il faut souvent payer des billets très cher pour voir des artistes que l’on n’entend pas à la radio. Jazz au Peuple offre la possibilité d’être curieux gratuitement», explique Michaël Roelli. Pourtant, le jazz souffre encore de certains clichés. Pour Kate Espasandin, le pire serait de le qualifier de «musique compliquée, inaccessible et pour les vieux.»

INFO +

Festival Jazz au Peuple

15 et 16 septembre, Prangins

Entrée libre

www.jazzaupeuple.ch


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top