14.09.2017, 00:01  

Juncker veut un président élu

Abonnés
chargement
Jean-Claude Juncker a plaidé hier pour un président unique de l’Union européenne.

 14.09.2017, 00:01   Juncker veut un président élu

Par Jean-Jacques Mével

PARLEMENT PARLEMENT - Le président de la Commission européenne a dévoilé, hier à Strasbourg, un programme ambitieux et sa vision pour l’avenir de l’UE.

Le président de la Commission européenne a délivré hier matin son traditionnel discours sur l’état de l’Union européenne, devant le Parlement. La refondation de l’Europe à partir des 19 pays de la monnaie commune n’est pas la bonne solution et le sursaut démocratique du continent passe par l’élection d’un président de l’UE au suffrage universel: à l’approche d’échéances...

Le président de la Commission européenne a délivré hier matin son traditionnel discours sur l’état de l’Union européenne, devant le Parlement. La refondation de l’Europe à partir des 19 pays de la monnaie commune n’est pas la bonne solution et le sursaut démocratique du continent passe par l’élection d’un président de l’UE au suffrage universel: à l’approche d’échéances décisives, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker choisit de marquer une vraie distance avec les projets d’Emmanuel Macron.

Pour sa dernière année pleine à la tête de la Commission européenne, le vieux routier de Bruxelles écarte en bloc le triptyque poussé par le jeune président français: un budget massif pour les 19 économies de l’euro, un ministre unique des Finances pour la monnaie commune et un parlement distinct chargé investi du contrôle politique. «L’euro n’est pas la monnaie de pays élus», explique le chef de l’exécutif européen. «De nouveaux traités, de nouvelles institutions ne sont pas le meilleur moyen de répondre aux attentes de centaines millions d’Européens.»

Au repli sur l’euro et à l’Europe à plusieurs vitesses, Jean-Claude Juncker oppose un modèle inclusif qui évite les clivages et trouve les compromis à Vingt-Sept. Il s’agit non pas de diviser, mais d’unir et d’étendre à tous les Etats membres – sans exception – les privilèges de la monnaie commune, de l’espace de Schengen et l’Union bancaire. «L’Europe, c’est la règle de droit et non pas la loi du plus fort (...) L’UE doit respirer à pleins poumons, à l’Est comme à l’Ouest, sans quoi elle s’essoufflera.»

Un projet ancien ressuscité

Le chef de la Commission s’adressait, à Strasbourg, à un auditoire d’eurodéputés conquis et souvent inquiets de l’éventuelle concurrence d’une seconde assemblée, restreinte aux élus de l’Eurozone. «Le parlement de l’euro, c’est le parlement européen», dit-il. A dix jours des législatives allemandes, il y a fort à parier aussi que Jean-Claude Juncker a pris le conseil d’Angela Merkel, elle-même circonspecte devant l’activisme et les ambitions du président français, bien qu’elle se garde de critiques ouvertes.

L’Elysée justifie la priorité qu’il donne à la zone euro en regrettant un sérieux déficit démocratique à Bruxelles, la lourdeur de procédures propres à l’UE et l’absence d’outils efficaces de politique économique ou industrielle. Jean-Claude Juncker botte en touche et ressuscite un projet ancien qui permettrait, à ses yeux, de redynamiser politiquement l’édifice, à vingt-sept et de haut en bas: l’élection par 350 millions d’Européens d’un président unique de l’UE, fusionnant le fauteuil qu’il occupe lui-même jusqu’en 2019 avec celui de président du Conseil européen, aujourd’hui détenu par Donald Tusk.

C’est un serpent de mer mais les traités européens, en l’état, n’interdisent pas cette simplification. Elle donnerait au titre une autorité et une visibilité inédite. Elle s’est toujours heurtée à la susceptibilité des chefs d’Etat et de gouvernement, peu enclins à se laisser chapeauter par un «superprésident» européen. L’élection au suffrage universel est un autre écueil: les seuls élus directs de l’UE restent aujourd’hui les eurodéputés.

Jean-Claude Juncker, intraitable dans la quête de l’unité à vingt-sept et dans le rejet d’une Europe à «formats» différenciés, soutient néanmoins plusieurs initiatives particulières poussées par le président Macron: un droit de regard européen sur les investissements étrangers, surtout dans les secteurs stratégiques, une surveillance serrée du travail détaché grâce à une «autorité commune» de régulation de l’emploi et le lancement, en 2018 et à travers toute l’UE, de «conventions» permettant de sonder les citoyens sur leur désir d’Europe.

Le patron de la Commission souhaite que ces projets deviennent réalité d’ici au printemps 2019, saison qui verra le crépuscule de son mandat, les élections européennes et la rupture effective avec le Royaume-Uni. Dès le 28 septembre, un sommet européen devait préciser la feuille de route, à Tallinn (Estonie). Le Figaro


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top