25.04.2017, 00:01  

TCGG jouera une finale à Zurich

Abonnés
chargement
Kylie Bays et les Trélésiennes conservent leurs chances de décrocher leur ticket pour la 2eligue.

 25.04.2017, 00:01   TCGG jouera une finale à Zurich

HANDBALL - La formation de La Côte et Unterstrass se sont quittés dos à dos dimanche à Gland (27-27). Le match retour s’annonce passionnant.

arnaud david

arnaud.david@lacote.ch

Suspense total. Deux mots qui résument parfaitement la bataille épique que se sont livrées, dimanche soir à Gland, les joueuses de Trélex-Chéserex-Genolier-Gland et leurs adversaires d’Unterstrass. Soixante minutes durant, la centaine de spectateurs présents dans les gradins de Grand-Champ a été tenue en haleine, vibrant sur chaque réalisation des «violet et noir», frissonnant lors de chaque riposte...

arnaud david

arnaud.david@lacote.ch

Suspense total. Deux mots qui résument parfaitement la bataille épique que se sont livrées, dimanche soir à Gland, les joueuses de Trélex-Chéserex-Genolier-Gland et leurs adversaires d’Unterstrass. Soixante minutes durant, la centaine de spectateurs présents dans les gradins de Grand-Champ a été tenue en haleine, vibrant sur chaque réalisation des «violet et noir», frissonnant lors de chaque riposte zurichoise. A l’issue de ce match aller des barrages de promotion en 2e ligue, un score de parité, 27-27, fidèle reflet d’une rencontre intense et disputée.

Opposées à une équipe alémanique qui leur était totalement inconnue, les Trélésiennes ont abordé cette rencontre avec une certaine crainte, comme le confie leur entraîneur Philippe Morin. «Elles était stressées comme des folles. C’est normal, on voyait les Zurichoises comme des ogresses.» Mais une fois sur le parquet, l’appréhension a rapidement fait place à la concentration et à l’action.

La jeunesse tient tête à l’expérience

Menées 0-2 d’entrée de jeu, les «violet et noir» ont rapidement pris les choses en main, pour ne plus les lâcher au cours d’une première mi-temps impressionnante de maîtrise. Face aux expérimentées Zurichoises – 33 ans de moyenne d’âge – les jeunes pousses lémaniques (23 ans de moyenne avec une joueuse née en 1970 et deux en 2000!) ont tout simplement évolué à leur meilleur niveau. Transmissions de balle, attaques placées parfaitement exécutées, tirs de loin efficaces, les progrès accomplis depuis un an sautaient aux yeux.

Emmené par Catheline Masmejan (8 buts dimanche), Kylie Bays et Daniela Bodog (4 buts chacune), TCGG connaissait une période faste entre la 15e et la 20e minute, infligeant un sec 5-0 aux «rouge et blanc» pour prendre quatre longueurs d’avance (11-7), un avantage qu’elles parvenaient pratiquement à conserver à la pause (12-9).

«Face à un gros morceau, je n’ai que des compliments à faire à mon équipe. Trois buts d’avance à la mi-temps, c’était impeccable, apprécie le coach trélésien. Malheureusement, elles manquent encore de physique, ce qui fait qu’elle n’arrivent pas à maintenir leurs trois buts d’avance. Mais sinon, elles ont fait le match qu’il fallait.»

Deux dernières minutes irrespirables

Jusqu’alors favorable à l’équipe locale, la dynamique s’inversait donc quelque peu au retour des vestiaires. Accélérant le jeu, les joueuses d’Unterstrass se montraient à leur tour intraitables dans les phases offensives, libérant la balle et trouvant plus facilement les intervalles au sein d’une défense «violet et noir» à la peine. Revenues à hauteur aux abords de la 40e minute de jeu grâce notamment à Franziska Bornhauser, meilleure buteuse du match avec neuf réalisations, les Zurichoises peinaient toutefois à se montrer aussi efficaces défensivement. S’ensuivit alors un crispant jeu du chat et de la souris, chaque formation prenant l’avantage à tour de rôle, sans toutefois parvenir à faire la différence.

La tension atteignait son paroxysme au cours des deux dernières minutes de jeu. Par deux fois, Unterstrass parvint à prendre l’avantage. Par deux fois, TCGG lui répondit. A 40’’ du terme, les visiteuses pensaient avoir inscrit le but de la victoire, mais moins de 15’’ plus tard, Masmejan, sur un ballon repoussé par la gardienne zurichoise, glissait, d’une pichenette, la sphère dans le but adverse, offrant le match nul à ses couleurs. Un scénario idéal pour prolonger le suspense jusqu’au match retour, véritable finale qui se disputera dimanche à Zurich.

«On verra comment ça se passe là-bas. Mais comme ce soir (ndlr: dimanche soir), on fera le maximum, promet Philippe Morin. J’ai demandé à des garçons du club de filmer le match. Je vais essayer de le décortiquer un peu pour trouver des parades en défense, surtout à l’aile. Il faut qu’on les surprenne. Et les Suisses allemandes, elles n’aiment pas être surprises. Mais ça va être difficile, car elles connaissent un peu toutes les ficelles.»

tcgg - unterstrass 27-27 (12-9)

TCGG: Huschler; Amaron, Bays (4 buts), Bicker, Bodog (4), Frutiger (3), Hertig (3), Masmejan (8), Molleyres, C. Nicolet (3), L. Nicolet (1), Noger (1), Salperwyck.

Entraîneur: Philippe Morin.

Unterstrass: Eichhorn, Lang; Badura (7 buts), Berger, Bornhauser (9), Hungerbühler (1), Marti, Oehl (2), Steinmann (2), B. Vögeli (1), S. Vögeli, Weissert (3), Ziegler (2).

Entraîneur: Nektarios Minidis.

Notes: salle de Grand-Champ, Gland. 100 spectateurs. Arbitre: Ameur Ben Romdhane. Exclusions temporaires: 2x2’ contre TCGG, 5x2’ contre Unterstrass.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top