12.01.2018, 00:01

L’âme de Founex mise à nu

Abonnés
chargement
Lucas Bertinotti et Julien Roch (à dr.) posent devant le vélo du facteur qui sillonnait jadis les routes du village de Founex.

 12.01.2018, 00:01 L’âme de Founex mise à nu

Par gregory.balmat@lacote.ch

PATRIMOINE Une exposition dresse un portrait tout en sensibilité de la plus peuplée des communes de Terre Sainte.

Comprendre, saisir et ressentir ce qui constitue l’âme d’un village: voilà l’objectif de l’exposition Mémoire de Founex qui occupe le rez-de-chaussée de la salle communale de la localité jusqu’au 21 janvier. Un projet ambitieux qui va bien au-delà de la «simple» exposition photos ou de la froide énumération de...

Comprendre, saisir et ressentir ce qui constitue l’âme d’un village: voilà l’objectif de l’exposition Mémoire de Founex qui occupe le rez-de-chaussée de la salle communale de la localité jusqu’au 21 janvier. Un projet ambitieux qui va bien au-delà de la «simple» exposition photos ou de la froide énumération de faits historiques, bien trop réducteurs lorsque l’on souhaite toucher du doigt ce qui façonne l’esprit d’un lieu.

«Mémoire de Founex n’oublie évidemment pas l’aspect historique, mais nous ne voulions surtout pas mettre de côté l’humain», explique Julien Roch, coconcepteur du projet et cofondateur, avec son ami Lucas Bertinotti, de Cakktus, une agence de communication basée à Arzier.

Fractionnée en cinq grandes thématiques – administration communale, urbanisme, économie et commerces, sociétés locales et presse – l’exposition se vit comme un cheminement encadré par d’imposants panneaux en bois.

Dépasser la nostalgie

Un parcours qui propose donc un début et une fin. Mémoire de Founex s’ouvre sur un sas d’entrée mettant en scène des photos de mains: celles des principaux acteurs ayant fourni de la matière et des souvenirs pour alimenter l’exposition. A l’autre bout, un second petit couloir accompagne le visiteur vers la sortie. Aux murs sont accrochés des dessins d’enfants des classes de Founex qui illustrent ce qu’ils aiment de leur commune et comment ils imaginent son avenir. La boucle est bouclée, les dépositaires des fragments du temps d’avant passent le témoin à la génération qui fera le Founex de demain.

«Nous tenions absolument à éviter le syndrome du “c’était mieux avant”, avance Lucas Bertinotti, spécialisé dans la scénographie et coconcepteur du projet. Mémoire de Founex s’adresse aussi aux nouveaux habitants qui souhaiteraient connaître leur commune de façon plus intime.»

Un travail de titan

Si l’exposition propose bien l’inévitable frise chronologique des événements marquants ayant jalonné l’histoire de la commune, le visiteur peut également découvrir, au travers d’un judas, une étonnante reconstitution de la salle à manger du regretté Martin pêcheur, restaurant du bord du lac qui devrait d’ailleurs bientôt renaître de ses cendres.

Ce va-et-vient entre passé et futur fait écho à un constat qui s’est imposé à Julien Roch, alors qu’il planchait sur l’exposition: «Lorsque nous avons recueilli les dessins et témoignages des enfants concernant ce qu’ils aimaient dans leur vie de Founachu, beaucoup ont évoqué les places de jeux ou leurs achats de bonbons à l’épicerie. Rien de très différents de tous les enfants qui les ont précédés.» Et Julien Roch sait de quoi il parle, puisque tout comme son compère, il a grandi dans la région.

Une proximité avec leur sujet qui les aura certainement aidés dans l’élaboration d’un projet d’une telle envergure. «Il nous aura fallu six mois de travail», chiffre Lucas Bertinotti. Appel à témoignages via un tous-ménages, épluchage des archives communales, mais aussi des articles de presse conservés aux archives nyonnaises, photos aériennes via un drone, conception graphique, mise en espace et enfin montage, l’entreprise aura été titanesque. Mais le budget reste modeste. «Notre devis initial s’élevait à 45000francs. Nous serons au-delà, mais en dessous de l’enveloppe de la commune qui était de plus de 70000francs. Pour y parvenir, nous avons pu compter sur le soutien de nombreux amis», précise Julien Roch.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top